jeudi 24 septembre 2009

PÉTROLIÈRES BRITANNIQUES: TRAFIGURA, IRAN OIL, GULF...... Trafifura DÉFIGURA .... TRAFIGURA Tra FRIC ....

QUI ONT BESOIN DE PAUVRES ? LES RELIGIONS ET LES ROIS ET REINES

LES DOMESTIQUES BOURGEOIS DE L'ARISTOCRATIE BRITANNIQUES

Tout Système et Dictatures savent très bien se reproduire par l'ÉCOLE

On a tout ce qu'il faut mondialement pour offrir à tous les habitants de la terre UNE VIE DÉCENTE, d'ÉLIMINER DÉFINITIVEMENT LA PAUVRETÉ (de passer à autres choses que des problèmes d'argent), des SOINS ACCESSIBLES ET DE QUALITÉS (et bien non, la majorité ne peut accéder à un médecin de famille ---- à quoi bon le ''progrès'' si on ne peut y accéder --- et on nous fait attendre 24 à 48 heures dans les salles d'urgence), pour protéger nos enfants de l'insécurité et de la vie de combat semés à la pelle par les vaniteuses élites hiérarchistes, ..... Et oui, on a tout ce qu'il faut pour faire un PARADIS TERRESTRE de cette Planète qui en offre d'ailleurs toutes les possibilités et pourtant .... POURTANT ON N'EN FAIT RIEN .....

LES ASSASSINS BRITANNIQUES AFFAMENT L'HUMANITÉ SCIEMMENT aidés de leurs millions de Chevaliers (de Malte, de Colomb), d'Ordres du désordre, d'Organismes de bienfaisances comem façades mais qui font le contraire.......

L'utilisation mondiale de céréales devrait atteindre 2 202 millions de tonnes en 2008/09, soit pratiquement 4 pour cent de plus qu'en 2007/08 et un peu plus que ce qui avait été signalé en février. L'utilisation fourragère totale devrait s'accroître de 3,8 pour cent par rapport à la campagne précédente, tandis que la consommation alimentaire progresserait d'environ 1,5 pour cent, la consommation de céréales par habitant au niveau mondial demeurant ainsi stable (à environ 153 kg).

Selon les prévisions, le volume de céréales utilisées pour les biocarburants enregistrerait la croissance la plus forte, en valeur relative, faisant un bond de 23 pour cent par rapport à la campagne précédente pour passer à au moins 120 millions de tonnes en 2008/09, ce qui représenterait plus de la moitié de l'utilisation industrielle totale de céréales transformées en carburants: CRIME CONTRE L'HUMANITÉ.

L’ANGLETERRE PROPRIÉTAIRE DES PLUS GRANDES PUISSANCES PÉTROLIÈRES. L'union en 1999 de deux descendants directs de la Standard Oil Company de John D. Rockfeller, Exxon et Mobil, a donné naissance au premier groupe pétrolier mondial. *** BP, britannique, provenant de la fusion de BP et d’Amoco ; *** Shell, anglo-néerlandaise

Exxon Mobil, première compagnie pétrolière cotée du monde, ...===============================
========

La société Trafigura Beheer BV est une compagnie de courtage pétrolier (trading) et d'affrètement maritime spécialisée dans le transport des matières premières. Trafigura est l’un des plus grands marchands indépendants de pétrole et de métaux du monde.

Le centre opérationnel de Trafigura est à Londres, l'adresse fiscale est à Amsterdam, le siège social à Lucerne en Suisse. C’est une société privée qui emploie 1900 personnes à travers le monde. Son chiffre d'affaires est passé de 9 milliards de dollars en 2001 à 51 milliards en 2007. La société se classe au 3e rang mondial des entreprises indépendantes dans le secteur du négoce pétrolier. La société a 51 bureaux dans 36 pays.

La société Trafigura Beheer BV a son siège administratif à Amstelveen, dans la banlieue d’Amsterdam. Pourtant Trafigura Beheer BV, aux Pays Bas n’est guère qu’une boîte postale. Le siège se trouve en réalité à Lucerne, en Suisse. C’est uniquement pour des raisons fiscales que l’entreprise mère est immatriculée aux Pays-Bas depuis 1993.

Il a pour actionnaires principaux des sociétés basées à Jersey, à Malte (où la Reine et son mari Philip y passent tous leurs loisirs et vacances et s'y sont même mariés) et dans les Antilles néerlandaises.

Elle traite selon ses propres chiffres quelque 2% de la production mondiale de pétrole.

En 2007, Trafigura compte 1500 employés à travers le monde et 51 milliards de chiffre d’affaire en 2007. Elle est citée dans plusieurs affaires.


Trafigura a été fondé en 1993 par deux Français : Claude Dauphin et Eric de Turckheim, formés à l’école de l’homme d’affaires américain Marc Rich, condamné à 325 ans de prison dans son pays pour contournement d’embargo et fraude fiscale, puis gracié par le président Bill Clinton. (Cette grâce constitue le dernier acte public du président Clinton, quelques heures avant son départ en 2001). En raison d’opinions divergentes sur la manière dont Marc Rich gérait la société, Claude Dauphin et Eric de Turckheim ont quitté Glencore pour créer Trafigura en 1993.


LA COMPLICITÉ DES RESPONSABLES INTER-PAYS


À Abidjan, la société Puma Energy, filiale de Trafigura, et spécialisée dans le stockage pétrolier a pris contact avec la société Waibs. Cet agent maritime lui a conseillé de faire affaire avec la société Compagnie Tommy, agréée depuis le 12 juillet 2006. Compagnie Tommy récupéra les résidus chimiques et se chargea de l'épandage des produits dans une dizaine de décharges autour d'Abidjan.

Compagnie Tommy avait reçu tous les agréments nécessaires de la part du gouvernement ivoirien et du Port Autonome d'Abidjan pour réaliser cette prestation. Toutes les procédures liées au déchargement du contenu des cuves ont été validées par les autorités ivoirienne, le Port Autonome d'Abidjan et le service des Douanes.

Affaire Pétrole contre nourriture

La justice néerlandaise enquête contre la société pour son implication dans le programme "Pétrole contre nourriture" des Nations unies, en Irak, présidée par Saddam Hussein. Elle aurait transporté plus de pétrole qu'autorisé entre 1996 et 2003.

Les commissions de Kojo Annan

L'entreprise aurait versé des commissions aux anciens dirigeants irakiens ainsi qu'à Kojo Annan, le fils du secrétaire général des Nations unies Kofi Annan. Kojo Annan aurait reçu 247 000 euros de commissions. Trafigura nie toute implication, affirmant qu'elle a participé à une fraude malgré elle et que l'ONU avait constaté qu'elle avait été abusée.

L'affaire de l'Essex

L'affaire du pétrolier Essex est une fraude portant sur 500 000 barils de pétrole irakien, en 2001, associant le courtier Trafigura et la société Ibex Energy dirigée par Jean Paul Cayre.

En contournement de l'embargo, Le pétrole avait été chargé en surplus (surlifting) à bord du supertanker Essex. L'Essex fut intercepté par les autorités américaines, aux larges des Antilles.

Le 25 mai 2006, devant le tribunal de Houston (Texas), Trafigura a plaidé coupable et reconnu avoir violé la loi fédérale américaine et l’embargo des Nations unies dans le cadre du programme “ Pétrole contre nourriture ”. Trafigura a accepté de payer deux fois 9,9 millions de dollars d’amende. La première tranche de cette somme correspond aux profits tirés de ces ventes frauduleuses et la seconde à des pénalités.

Afrique

Omniprésente sur le marché mondial du pétrole, Trafigura est très active en Afrique, où elle commercialise le pétrole de plusieurs pays tels que le Congo-Brazaville, l’Angola et le Cameroun. Comme Glencore, dont beaucoup de ses membres sont issus, elle a développé le système des préfinancements pétroliers qui est à l'origine du surendettement et de la kleptocratie qui handicapent ces pays.

Trafigura fait aussi face à des accusations en Afrique du Sud et au Congo-Brazzaville. Trafigura aurait mis en place des sociétés-écrans pour dissimuler des fraudes et des rachats de réserves pétrolières à des prix bradés.

Affaire Kensington ou Affaire Gokana

Trafigura est apparue lors de différentes procédures judiciaires à Londres et New York, dans le dossier baptisé “ Affaire Kensington ” ou Affaire Gokana. Il s'agit de l'utilisation d'un réseau des sociétés-écrans utilisées par des dirigeants de la République du Congo pour vendre du pétrole sur les marchés internationaux, en échappant aux saisies de créanciers réclamant leur dû. (Voir Denis Gokana et Affaire Gokana)

Trafigura dispose dans ce pays d’une filiale baptisée Puma-Congo, dont le nom rappelle étrangement Puma Energy, son correspondant en Côte d’Ivoire. Trafigura contrôlerait Puma-Congo à 50%; les autres 50 % seraient détenus par de proches de Denis Sassou-Nguesso, en particulier Bruno, neveu du président, et Antoinette, la sœur de l’épouse de ce chef d’État.


Afrique du Sud


Le groupe britannique Trafigura, a déchargé sur place plus de 500 tonnes d’un mélange toxique.
Trafigura, l’affréteur du cargo Probo Koala qui a déchargé des déchets toxiques en 2006 en Côte d’Ivoire, le capitaine, la ville d’Amsterdam et une société de retraitement de déchets sont assignés à comparaître fin juin à La Haye, a-t-on appris mardi de source judiciaire.
Le navire avait fait escale dans le port d’Amsterdam, et une partie de sa cargaison avait été transférée par la société de retraitement des déchets Amsterdam Port Services (APS), assignée elle aussi à comparaître.Le Probo Koala a accosté le 19 août à Abidjan, avec à son bord 528 tonnes de déchets pétroliers, déchargés par une société ivoirienne, Tommy, avant d’être déversés en partie (la quantité est inconnue) à l’air libre dans des décharges ou terrains vagues de la capitale économique ivoirienne.....
Rappelons les faits .....
Le 19 août 2006, en provenance de Hollande et chargé de déchets hautement toxiques issus d’un « raffinage sauvage », un pétrolier, le Probo Koala, accoste au port d’Abidjan.

Sa cargaison nécessite, selon les normes internationales en vigueur, une dépollution onéreuse dont l’affréteur - TRAFIGURA - fera l’économie : il mandatera une compagnie locale - TOMMY - qualifiée de « société écran » par les autorités ivoiriennes, pour l’en débarrasser à un tarif 20 fois inférieur au prix du marché.

Créée trois mois auparavant et sans aucune expérience dans le retraitement des déchets toxiques, TOMMY épandra en une dizaine de zones habitées, la moitié des 554m3 du chargement du Probo Koala : pétrole, sulfure d’hydrogène, phénols et soude caustique.

Les conséquences seront désastreuses : 16 morts, 75 hospitalisations et plus de 100 000 victimes.


Enfin, en 2000, Trafigura avait été impliquée dans le scandale des réserves pétrolières stratégiques de l’Afrique du Sud, que la compagnie avait pu racheter à prix “ bradé ” avec la complicité de décideurs locaux. L’affaire qui se soldait par une perte de 30 millions de dollars pour les finances des contribuables sud-africains, s’est finalement réglée à l’amiable deux ans plus tard.

Plus de 30.000 victimes ivoiriennes, représentées par le cabinet britannique d'avocats Leigh Day and Co, avaient entamé des poursuites contre Trafigura. Un procès devait avoir lieu en octobre devant la Haute Cour de Londres, qui aurait constitué la plus importante action contre une société jamais menée devant la justice britannique.

«Les déchets toxiques sont toujours présents et continuent de tuer. Les habitants d’Akouédo souffrent toujours. Les déchets ont occasionné des maladies chroniques et des nouveau-nés sous oxygénés », affirme Mme Assamoa. Elle est la coordinatrice de l’Union des victimes des déchets toxiques d’Abidjan et banlieue (Uvdtab) section Akouédo. A l’occasion du troisième anniversaire de cet acte, odieux au centre culturel d’Abobo hier, le président de cette structure, Ouattara Marvin, a affirmé que le combat continuait. Après trois ans de lutte, l’Uvdtab a réussi à poser plusieurs actions. Le président a entrepris une tournée internationale, grâce à laquelle, le dossier des déchets toxiques a été réveillé. Ouattara Marvin a été reçu par Maître Mario Stasi, bâtonnier de l’Ordre des avocats de Paris et avocat de l’Uvdtab. Ils ont ensemble discuté de la procédure adéquate à adopter pour l’indemnisation des victimes par Trafigura. Cette société est en effet propriétaire de 528 m3 des déchets hautement toxiques, déversés à Abidjan le 19 août 2006. Le président s’est également entretenu avec des Ong et d’autres organisations de défense des droits de l’Homme au cours de son voyage en Europe. Durant ces entretiens, il a présenté les certificats médicaux prouvant que les malades souffrent effectivement de ces déchets. Sur invitation de l’Uvdtab, plusieurs chaînes de télévisions et de radios étrangères ont effectué le déplacement en Côte d’Ivoire pour des reportages. Ce sont, entre autres, Al Jazzera, M6 et Bbc. Pendant leur séjour, ils ont visité les victimes et les sites où sont conservés les déchets. Selon le président, la bataille est longue, mais, si une chose est sûre, c’est que les victimes seront dédommagées par Trafigura. Il faut donc qu’elles s’arment de patience. «Les déchets sont toujours à Abidjan et ils nous tuent», a-t-il dénoncé. Pour lui, il ne faut pas attendre la date anniversaire pour en parler.

Trafigura nie aussi les accusations relevées à son encontre en Afrique du Sud.

Trafigura a toujours nié toute responsabilité dans les événements. Mais le 13 février 2007, elle avait conclu un accord à l'amiable avec l'Etat ivoirien qui arrêtait toute poursuite en contrepartie du versement d'une indemnisation globale de plus de 100 milliards de FCFA (152 millions d'euros).

La société « TRAFIGURA », propriétaire des déchets toxiques déversés en août dernier sur certains sites d’Abidjan, a signé ce mardi 13 février 2007, avec l’Etat de Côte d’Ivoire, un accord par lequel il s’engage à lui verser 100 milliards de FCFA en guise de dédommagements.Cet somme devrait être distribué également aux Africains mais......


C’est un groupe français, Seché environnement, qui avait été chargé de dépolluer la quinzaine de sites. En août 2006, les chauffeurs des camions-citernes de l’entreprise Tommy avaient choisi ces sites au hasard pour déverser leur pestilentielle cargaison. Après pompage, les liquides ont été confinés dans des citernes et les boues dans des fûts.














































1 commentaire:

un citoyen a dit…

je me souviens de

jean-paul 2

baisant l'asphalte

le trou de cul

de sa mère!!!!!!!!