dimanche 18 avril 2010

POPULATION SUR TERRE

voir l'image en taille réelle


Selon les données de l'agence, la population augmente de quelque 210 000 personnes chaque jour (365 000 naissances moins 155 000 décès), dont 57 % en Asie, 26 % en Afrique, 9 % en Amérique latine, 5 % en Europe, 3 % en Amérique du Nord, et moins de 1 % en Océanie.


Sur 211 millions de grossesses chaque année dans le monde, la moitié ne sont pas programmées : 63% d’entre elles (133 millions) débouchent sur une naissance vivante : DONC 37 % DES GROSSESSES SONT INTERROMPUES SCIEMMENT PAR LONDRES ET LE G-20 SOIT….. 22% sur un avortement provoqué, 12% sur une fausse couche et 2 % sur un enfant mort-né.


13 fois plus d'enfants meurent dans ces pays exploités par nous (Londres, USA..... G-8) que dans nos pays.


46 millions de grossesses se terminent par un avortement chaque année dans le monde dont 19 millions d’avortements provoqués (septiques)

Résultats de ces avortements provoqués * 200 décès maternels par jour * 13% de toute la mortalitématernelle mais 30 à40% dans les pays en développementé * Complications immédiates et à long terme * Coût élevé du traitement des complications * Effet néfastes sur la famille, les enfants et la communauté.

* 99% de ces décès et complications.


Le nombre total d'IVG (Interruption ''volontaire'' de Grossesses) dans le monde en 2003 a été estimé à 42 millions, l'Afrique, l'Inde...... sont les plus touchés soit à un taux de 44%. 105 avortements pour cent naissances vivantes en Europe de l'est. En plus, près de 20 millions d'avortements sont ainsi pratiqués chaque année en dehors de structures adaptées ou par des praticiens n'ayant pas les compétences requises, ou auto-administrés par la femme elle-même. 68 000 femmes en meurent chaque année, souvent à la suite d'hémorragies, de septicémies ou d'empoisonnements, et des millions d'autres femmes en gardent des séquelles


Chaque année 54 millions de femmes

meurent à la suite d’une grossesse.

Le risque de décès lié à la grossesse est de 1 pour 19 en Afrique contre 1 pour 10 000 en Europe.


Sur 133 millions de naissances vivantes chaque année, près de 11 millions d’enfants meurent encore chaque année avant leur cinquième anniversaire. 213 millions d’enfants ont reçu des vaccins avec le support GAVI ce qui en éliminer progressivement plus des 3/4 durant les 5 premières années de leurs misérables existences.


QUAND LA PRÉVENTION ÉLITISTE CONSISTE À DÉPEUPLER..... Ces maladies qui sont responsables de 90% des décès des enfants de moins de 5 ans ne sont que des symptômes dont les causes sont GÉOPOLITIQUES (britanniques): - les pathologies néonatales (de la naissance au 28e jour de vie : prématurité, mort apparente, infections, tétanos) : 37% - les infections respiratoires aiguës (pneumonies) : 19% - les maladies diarrhéiques : 18% - le paludisme : 8% - la rougeole : 4% - le VIH/Sida : 3%


On prévoit qu'elle sera à 6,793 milliards au 1 janvier 2010, alors qu'elle n'était estimée qu'à 6,1 milliards en 2000: ce qui fait une croissance de 70 millions de gens de plus chaque année.

En 2006, le taux d’accroissement démographique de la population mondiale était d'environ 1,14% annuellement alors qu'il devrait être à 3%. Nous sommes en DÉPOPULATION MONDIALE.
La population mondiale atteindra le cap des 7 milliards fin 2011

Ce taux de croissance est en-dessous du taux naturel de croissance qui devrait être à plus de 150 millions d'humains par année en plus, ce qui ferait qu'il devrait y avoir environ 200 millions de naissances chaque année pour une moyennne de 3 enfants par famille.

En 2007, on estimait que la population humaine mondiale croissait, avec quatre naissances par seconde, de 221 000 habitants par jour, résultat égal au différentiel entre les 365 000 naissances et 144 000 décès estimés par jour sur Terre.

Dans un article de 1995 (mis à jour en 2002), le démographe Carl Haub du Bureau du recensement des États-Unis estime qu'à la mi-2002, que le nombre total d'êtres humains ayant vécu sur Terre est de plus de 106 milliards. L'estimation suivante de la population mondiale à travers le temps se base sur la synthèse du Bureau du recensement des États-Unis pour la période allant de -10 000 à 1940 et pour les années antérieures sur les données de l'Organisation des Nations unies (ONU) et les études de Gregory Cochran basées sur l'ADN mitochondrial.

On observe que la population a connu une faible croissance, somme toute relative, durant les 4 milles dernières années À CAUSE DES GUERRES de dépeuplements que se donnaient les chefs des empires entre eux comme ENTENTES. La croissance passa de 650 millions en 1750 à plus de 1,2 milliards un siècle plus tard et plus de 2,5 milliards en 1950. Le cap de 6 milliards a été atteint en octobre 1999.

Le taux de croissance des pays pauvres est à 1.8; et celui des pays riches-exploiteurs est à 0,1.
Bien que la population mondiale continue de croître, cet accroissement se ralentit en raison d'une baisse de la fécondité. Plus de la moitié de l'humanité vit dans une région du monde où le taux de fécondité est inférieur à 2,1 enfants par femme, taux nécessaire au remplacement des générations dans les pays développés

SURPOPULATION :
MENSONGES


On estime aujourd'hui que les hommes préhistoriques vivant de chasse étaient en état de « surpopulation » à partir de 3 à 4 habitants en moyenne au km², Une surpopulation locale se résolvait par l'émigration ou une surmortalité temporaire (famine et/ou maladie) et souvent par des conflits armés.

LES CARNIVORES dépeuplent et sont toujours trop nombreux.....

L'invention de l'agriculture grégaire et de l'élevage, puis la diffusion de l'assolement biennal

L'agriculture moderne permet à plus de 100 000 humains au km² de cohabiter.

========================================
================================
====================

LES ASSASSINS
Les Pays à 2 visages
et leurs citoyens matraqués de la non-morale

Hélas,
la tendance générale mondiale est en faveur du droit à l'interruption volontaire de grossesse, dans les pays occidentaux et dans certains pays en voie de développement. Dans la majorité des pays européens, l'« interruption volontaire de grossesse » peut être légalement pratiquée dans les dix à douze premières semaines d'aménorrhée (vingt-et-une aux Pays-Bas) alors qu'il n'y a pas de limite légale à l'« interruption médicale de grossesse ».

UNITAID, Unicef, Fonds des Nations Unies pour la Population, Agence Française de Développement, Alliance Mondiale pour la Vaccination - Lien ouvrant externe" target="_blank" class="spip_blank">Alliance Mondiale pour la Vaccination (GAVI), « providing for health », .... TOUS DES ORGANISMES-BOURGEOIS PRÉTENDANT AIDER ALORS QUE LEURS MISSIONS EST LE CONTRAIRE....
Ces organisations criminelles parlent d'éliminer la pauvreté alors qu'en réalité ils ne font qu'ÉLIMINER LES PAUVRES que leurs mentalités hiérarchistes créent.


Trafics d'avortements

En avril 2005, le journal The Observer rapporte un trafic illégal de fœtus, y compris de fœtus de plus de 12 semaines, en provenance d'Ukraine et à destination de la Russie, où leurs cellules sont utilisées par des salons de beauté afin d'offrir des traitements cosmétiques illégaux, scientifiquement douteux, et même dangereux, à de riches clients en quête de cures de jouvence. Le journal soupçonne les traficants de payer les femmes ukrainiennes 100 livres sterling afin de consentir à avorter et donner leur accord pour l'utilisation du fœtus par des instituts publics de recherche. Mais d'après la police ukrainienne, ces instituts sont gangrénés par la corruption et revendent ensuite les fœtus, pour 5 000 livres, à des cliniques privées, notamment moscovites, où sont pratiqués ces traitements. Certains médecins payeraient même les femmes ou les tromperaient pour les convaincre de repousser la date de leur avortement, les fœtus tardifs étant particulièrement prisés. D'après le ministère russe de la santé, sur 41 cliniques moscovites offrant des traitements à base de cellules souches, 37 seraient hors-la loi.

En août 2006, le Daily Mail confirme ce trafic, en provenance d'Ukraine et de Géorgie, vers la Russie, la République dominicaine et les Barbades, centres de tourisme médical pour de
nombreux Britanniques et Américains aisés qui y viennent afin d'éviter les dispositions éthiques interdisant de tels traitements dans leurs pays. Les femmes seraient payées 200 dollars américains pour avorter lorsque leur fœtus atteint entre 8 et 12 semaines.

Rappelons qu'OBAMA est pro-choix (les criminels), et notamment il a rappelé « Cette décision non seulement protège la santé des femmes et la liberté de reproduction, mais symbolise un principe plus large : que le gouvernement n'a pas à se mêler des affaires de famille les plus intimes ».





Aucun commentaire: